« Campagne des villes africaines à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes et aux filles » : Ces villes crient « STOP »

0
55

Mme Penda Diouf est la conseillère municipale qui représente la
ville de Saint–Louis pour cette campagne. Elle souligne également
l’apparition d’un nouveau type de violence via les téléphones
portables. La commune de Saint-Louis a commencé a initié des
actions pour faire face à ces violences. « Suite à une recherche
action sur la budgétisation sensible genre de la commune de Saint-
Louis, il a été montré que les problèmes de violences basées sur le
genre ne sont pas pris en charge par les budgets des programmes et
plans communaux », révèle Mme Diouf. A présent, l’Observatoire
Genre et Développement de Saint-Louis (OGDS) est en train de
faire un plaidoyer pour que le budget communal prenne en charge
les « questions de violences dans les budgets, programmes et plans, dans l’espace de la commune : école,
place publique, ménage, lieux de travail, etc…à travers la formation, l’information, la sensibilisation, la prise
en charge. Des actions seront menées avec les élus, la société civile et les techniciens ». 

Mme Diouf compte sur la campagne du REFELA pour avoir des échanges, des partages, de l’apprentissage
et vivre des expériences de projets des autres villes africaines. Son engagement pour la cause est indéfectible.
« Je me fais le devoir, l’honneur et le grand plaisir de participer à l’éradication de ce fléau, qui gâche des vies
de femmes, et de jeunes filles», soutien notre interlocutrice.

Etat davancement des 3 campagnes preģpareģes et lanceģes par le REFELA -080319

 

Laisser un commentaire